Déclaration de la Dre Carrie Bourassa à l’occasion du Mois national de l’histoire autochtone et de la Journée nationale des Autochtones

21 juin 2017

Transcription

À titre de nouvelle directrice scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones, je suis très fière et ravie de vous souhaiter une bonne Journée nationale des Autochtones.

Miigwetch

Juin est un mois de célébration pour les Canadiens. 

C’est le Mois national de l’histoire autochtone, un temps pour célébrer la résilience de la population autochtone au Canada et de reconnaître ses nombreuses contributions historiques à l’édification de notre nation. Nous nous unissons notamment pour célébrer toute la richesse et la diversité des peuples autochtones du pays le 21 juin, Journée nationale des Autochtones.

À titre de directrice scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones, je souhaite continuer à mettre en valeur le travail de nos chercheurs en santé, établis ou émergents.

Leurs réalisations, nombreuses et variées, sont devenues une source de grande fierté pour notre pays. Avec leurs homologues non autochtones, ces chercheurs unissent leurs efforts pour créer un bel avenir pour tous les Canadiens. 

Traditionnellement, les soins de santé autochtones relevaient d’une équipe de guérisseurs de la communauté formée de sages-femmes, d’herboristes et de l’indispensable shaman, qui s’apparente aux équipes de santé multidisciplinaires de notre époque. Une grande part des riches connaissances d’alors ont été préservées, et reviennent en usage alors que nous embrassons la sagesse et les avantages du concept du double regard. La transmission de génération en génération d’un savoir durement acquis était et demeure une valeur autochtone centrale.

Je suis fière d’aider à poursuivre cette riche tradition par l’entremise des IRSC, qui soutiennent les nouveaux chercheurs et renforcent la capacité des chercheurs en santé autochtones.

Un seul petit caillou peut former des milliers de ronds dans l’eau.

En jumelant des chercheurs en santé autochtones émergents à des chercheurs et à des partenaires établis à l’étape cruciale où ils entreprennent une carrière universitaire indépendante, nous devenons les catalyseurs d’un changement positif. Les « ronds » que nous créons aujourd’hui en venant en aide aux jeunes chercheurs autochtones sont des effets qui se feront sentir pendant de nombreuses années.

Tandis que nous jetons un regard sur le passé et prenons conscience de l’inestimable contribution des peuples autochtones au Canada, j’inviterais la population aux quatre coins du pays à regarder l’horizon avec optimisme, car aux IRSC, nous croyons que le meilleur est à venir.

Dre Carrie Bourassa
Directrice scientifique
Institut de la santé des Autochtones des IRSC

Transcription

Mon nom spirituel est « Morning Star Bear ».

En anglais [et en français], on m’appelle Carrie Bourassa.

J’ai le privilège de pouvoir servir les communautés, et ces communautés ont les réponses, croyez-moi.

Par contre, nous ne les écoutons pas vraiment. 

À titre de nouvelle directrice scientifique, j’ai la responsabilité éthique, le devoir éthique de créer un espace où la voix des communautés sera entendue.

Je crois fermement que nous comblerons l’écart en santé autochtone, écart qui n’a pas changé en 150 ans, comme le montrent entre autres les taux de mortalité infantile extrêmement élevés, les taux élevés de suicide et tant d’autres facteurs qu’on pourrait mentionner.

Nous faisons toutefois preuve d’une résilience incroyable, d’une force incroyable et d’atouts dans nos communautés. Voilà l’espace de création dont je dispose pour l’ISA.

Transcription

Bonjour,

Je m’appelle Nadine Caron.

Je travaille comme médecin et chirurgienne dans l’Ouest du Canada, dans le Nord de la Colombie-Britannique.

J’ai été la première femme des Premières Nations diplômée de l’École de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique. Je suis ensuite devenue la première chirurgienne généraliste des Premières Nations au Canada.

L’important dans ce message, c’est que vous avez devant vous la preuve qu’au Canada, peu importe qui vous êtes ou d’où vous venez, vous pouvez poursuivre vos rêves avec la conviction de pouvoir les réaliser. 

J’aimerais m’adresser ici aux chercheurs autochtones, peu importe à quelle étape de votre carrière vous êtes.

Que vous songiez à des études postsecondaires ou que vous soyez déjà à l’université, mais encore incertain de votre trajectoire professionnelle, ou encore que vous ayez déjà choisi une trajectoire professionnelle, mais ignoriez s’il existe des gens pour vous soutenir ou croire en vous autant que vous croyez en vous-même : vous êtes capable!

Vous pouvez devenir chercheur autochtone. Vous pouvez faire de la recherche. Vous pouvez être clinicien ou universitaire.

Il n’y a pas de limite à ce que vous pouvez accomplir.

Je crois que la Journée nationale des Autochtones est l’occasion par excellence de célébrer à la fois le potentiel et les réalisations des chercheurs autochtones au Canada.

Date de modification :