Le vélo au lit s’avère prometteur pour le rétablissement des patients en phase critique

Les patients aux soins intensifs peuvent-ils éviter la perte musculaire qui risque de limiter leur mobilité pendant des années? Une étude récente sur une technologie prometteuse donne des résultats encourageants.

16 février 2017

Il va de soi que seuls les patients les plus gravement malades ou blessés soient admis aux soins intensifs. La fragilité de leur santé (du fait d’une maladie à un stade critique ou d’une blessure grave) et les effets de divers médicaments, conjugués à de longues périodes d’immobilité, peuvent conduire à un état appelé « faiblesse acquise aux soins intensifs ». Problème commun dans les unités de soins intensifs, notamment pour les patients qui ont besoin de ventilation artificielle, cet état se traduit par la perte musculaire, en taille et en force, dans les membres et dans les muscles qui participent à la respiration. À l’heure actuelle, peu d’interventions thérapeutiques permettent de prévenir cette grave complication.

Selon toute logique, plus les patients aux soins intensifs sont soumis à la physiothérapie tôt dans leur rétablissement, mieux ils s’en sortent sur le plan de la santé, car la perte musculaire débute tôt, habituellement quelques jours seulement après leur admission aux soins intensifs, et la réduction de la mobilité (en particulier des jambes) qui résulte de l’atrophie et de la faiblesse des muscles peut persister jusqu’à cinq ans.

  • 55 % des patients qui sont restés aux soins intensifs plus de huit jours ont présenté une faiblesse acquise aux soins intensifs.
  • Cette faiblesse a été mise en corrélation avec un plus long besoin de ventilation artificielle, ainsi qu'avec un séjour prolongé aux soins intensifs et à l'hôpital.
  • Les coûts hospitaliers par patient affaibli ont augmenté de 30,5 %.

Source : European Society of Intensive Care Medicine [en anglais seulement]

La Dre Michelle Kho, professeure adjointe à l’École des sciences de la réadaptation de l’Université McMaster et physiothérapeute au Centre de soins de santé St-Joseph de Hamilton, surveille la séance de vélo au lit à l’aide d’un type d’ergocycle expressément conçu pour les soins intensifs, le RT-300 supine.
Photo: avec la permission de Marta Hewson Photography

Une équipe de chercheurs financés par les IRSC avec, à sa tête, la Dre Michelle Kho, de l'Université McMaster, a étudié les patients aux soins intensifs du Centre de soins de santé St-Joseph de Hamilton. Relevant les multiples défis posés par l'environnement physique des soins intensifs, y compris le travail auprès de patients reliés à de nombreux dispositifs médicaux, la Dre Kho a conçu le programme de recherche CYCLE (Critical care cYCling to improve Lower Extremity, « Pédaler aux soins intensifs pour renforcer les membres inférieurs ») pour étudier la réadaptation physique chez les patients aux soins intensifs tôt dans leur rétablissement.

La première étude, TryCYCLE, a permis de prouver que le concept était non seulement viable, mais très réalisable.

En fait, TryCYCLE a clairement démontré que les physiothérapeutes œuvrant dans les unités de soins intensifs peuvent soumettre en toute sécurité des patients gravement malades et sous ventilation artificielle à des séances de pédalage au lit, et ce, très tôt dans leur séjour à cette unité de soins.

« Les gens croient peut-être que les patients aux soins intensifs sont trop mal en point pour faire de l’activité physique, mais nous savons que s’ils commencent à pédaler deux semaines après leur arrivée à cette unité, ils pourront marcher sur une plus longue distance une fois qu’ils auront reçu leur congé de l’hôpital. »
- Dre Michelle Kho

TryCYCLE est la première de plusieurs études conçues pour recueillir de façon systématique des données factuelles sur les effets d'un pédalage au lit entrepris tôt sur les patients gravement malades et pour évaluer les bienfaits d'une mobilité précoce.

L'étude TryCYCLE s'est échelonnée sur un an à l'unité de soins intensifs du Centre de soins de santé St-Joseph à Hamilton. Le traitement ciblait les jambes, en particulier les muscles fléchisseurs de la hanche, que l'on sait être les muscles les plus vulnérables aux effets de l'alitement.

Administré six jours par semaine, le traitement consistait en 30 minutes de vélo sur un ergocycle spécialement conçu pour le lit fourni par la St. Joseph's Healthcare Foundation. Les patients ont pédalé sur une distance moyenne de neuf kilomètres durant leur séjour aux soins intensifs.

Ces résultats ont dépassé toutes les attentes.

Les chercheurs ont conclu qu'il était sûr et faisable de faire pédaler tôt (dans les trois jours suivant l'admission à l'unité de soins intensifs) les patients sous ventilation artificielle. Cet exercice pourrait grandement contribuer à renforcer les muscles et à améliorer l'état de santé général, mais il reste à le comparer aux types de traitement habituels que reçoivent les patients aux soins intensifs.

Si le fait de pédaler au lit tôt dans le rétablissement donne de bons résultats, les patients pourraient rentrer à la maison plus rapidement et profiter d'une meilleure qualité de vie. Le programme de recherche CYCLE permettrait aussi d'abréger les séjours à l'unité de soins intensifs, ce qui pourrait aider à réduire les coûts élevés de ces soins.

« Notre étude TryCYCLE s'inscrit dans le prolongement de travaux antérieurs et révèle qu'il est sûr et faisable d'entreprendre systématiquement le vélo au lit dans les quatre jours suivant la mise sous ventilation artificielle, et de le poursuivre pendant toute la durée du séjour du patient à l'unité de soins intensifs. »
- Dre Michelle Kho

Loin de se reposer sur ses lauriers, la Dre Kho tourne déjà son regard vers l'avenir. Elle est convaincue qu'il faut plus de recherche pour déterminer exactement de quelle manière le programme CYCLE aide à préserver la précieuse force musculaire et à améliorer les capacités fonctionnelles de ses patients. Le financement des IRSC l'aidera à poursuivre son travail dans le cadre de l'essai clinique randomisé pilote CYCLE.

« La prochaine étape consiste à réaliser l'étude de vélo au lit dans l'unité de soins intensifs de plusieurs hôpitaux, dans le cadre d'un essai pilote randomisé. »
- Dre Michelle Kho

Les patients gravement malades hospitalisés aux soins intensifs ont une longue pente à remonter lorsque s'amorce leur rétablissement. Les conclusions de l'étude TryCYCLE de la Dre Kho montrent clairement que les patients ou leurs représentants étaient très ouverts à l'idée de participer à l'étude et profondément satisfaits des résultats. Beaucoup ont exprimé le même sentiment : l'espoir que leur a procuré le programme TryCYCLE n'avait pas de prix.

Liens connexes

Date de modification :