Nature, culture et notre santé

De gauche à droite : Dr Daniel Figeys, Université d’Ottawa; Dr David Mack, Institut de recherche CHEO; Dr Philip Sherman, IRSC; Dr Alain Stintzi, Université d’Ottawa; Dr James Butcher, Université d’Ottawa

Des recherches financées par les IRSC explorent l’interaction entre les gènes, l’environnement et les maladies chroniques

17 ou 18 janvier 2017

Un tiers des Canadiens sont atteints d’au moins une affection chronique, comme l’obésité, le diabète ou l’asthme. La prévention et la prise en charge de ces problèmes de santé peuvent représenter près de 90 milliards de dollars par année pour le système de soins de santé canadien.

Pour mettre un terme aux maladies chroniques, on doit d’abord en comprendre les causes. Or, les recherches actuelles indiquent que celles-ci peuvent être à la fois complexes et multidimensionnelles. Il importe donc d’étudier les facteurs internes et externes qui contribuent à ces causes.

Le 2 mai 2016, l’honorable Jane Philpott, ministre de la Santé, a annoncé un investissement de 16 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir des recherches portant sur le rôle des facteurs génétiques et environnementaux dans l’apparition de diverses maladies chroniques. Le Dr Philip Sherman explique comment les IRSC contribuent à cet important champ de recherche.

Le Dr Philip Sherman est directeur scientifique de l’Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète des IRSC (INMD des IRSC), gastroentérologue à l’Hôpital pour enfants de Toronto et professeur de pédiatrie à l’Université de Toronto.

Dr Philip Sherman
Directeur scientifique, Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète des IRSC (INMD des IRSC)
Gastroentérologue, Hôpital pour enfants de Toronto; professeur de pédiatrie, Université de Toronto

Audio – Entrevue avec le Dr Philip M. Sherman

Transcript

Dr Philip Sherman : Les maladies chroniques non transmissibles, comme l’obésité et le diabète, sont les principales causes de maladie au Canada. Dans la plupart des cas, nous n’avons pas encore élucidé les causes sous-jacentes de ces affections. Ces maladies chroniques imposent un lourd fardeau aux patients touchés, à leurs soignants et au système de soins de santé canadien.

Par exemple, la prévalence de ces maladies chroniques continuera de croître avec le vieillissement de la population. L’Organisation mondiale de la santé estime que plus de 400 millions de personnes dans le monde sont atteintes de diabète, dont plus de deux millions et demi de gens au Canada.

De multiples gènes, qui ont des interactions complexes avec des influences environnementales, sont en cause dans la plupart des maladies chroniques.

Il est intéressant de noter que l’émergence de nouvelles technologies permet aux chercheurs de mieux connaître le génome, l’épigénome, le microbiome et le métabolome. Ensemble, ces nouvelles avancées dans les technologies permettront de percer le mystère des mécanismes qui sous-tendent les maladies chroniques, faisant ainsi naître de nouveaux espoirs et offrant de nouvelles perspectives de prévention et de traitement de ces maladies.

Liens connexes

Date de modification :